Erika Johansen, La reine du Tearling – Tomes 1 et 2

Hello tout le monde! Pour mon tout premier article « lectures », j’ai choisi de vous présenter une série de livres fantastiques que peu connaissent.

J’ai lu le tome 1, La Reine du Tearling, il y a six mois, sans grande conviction, simplement parce que ma sœur me l’avait prêté en m’assurant que c’était génial. Eh bien elle a eu raison! Le tome 2, L’invasion du Tearling, est sorti il y a un mois et je viens à peine de le terminer. Il était encore mieux que le premier! La sortie du tome 3, intitulé La vengeance du Tearling, est prévue pour la fin de l’année, j’ai hâte!

1- La reine du Tearling

la-reine-du-tearling-de-erika-johansen-1091890413_L

Tout commence un peu comme dans un conte de fée, dans une petite chaumière à l’orée de la forêt. Kelsea est une jeune fille de 19 ans pas très belle et pas très obéissante qui commence à se lasser de cette vie de recluse. En effet, par sécurité, il lui est interdit de s’éloigner à plus d’un ou deux kilomètres de la chaumière. Elle est élevée par un homme et une femme qui ne sont pas ses parents, pour la bonne raison qu’elle leur fut confiée par sa propre mère, alors reine du Tearling, peu de temps avant sa mort.

Un jour, les Gardes de la Reine, restés en sommeil toutes ces années, débarquent à cheval pour l’emmener à New London, la capitale du Tearling, où elle devra réclamer sa couronne et embrasser son destin à la tête du royaume. Seul petit problème, l’actuel régent, qui n’est autre que son oncle, ne va pas lui faciliter la tâche… Sans compter la Reine Rouge, souveraine ennemie aux pouvoirs magiques terrifiants.  Kelsea devra grandir et mûrir très vite pour survivre à ce monde ampli de violence, de complots, de magie et d’ambitions brisées.

Ce que j’ai apprécié dans ce premier tome, c’est l’aspect féministe de l’histoire. Kelsea n’a de cesse de prouver qu’elle vaut autant sinon plus qu’un homme et elle y parvient! On voit grandir sa force, s’affermir son caractère, qui devient bien difficile à contrôler. De plus l’auteur évoque sans équivoque son désir naissant pour les hommes et son besoin de se sentir désirée.

 

2- L’invasion du Tearling

WP_20170716_07_52_11_Pro

Kelsea a bien changé depuis son accession au trône du Tear et, grâce aux étonnants pouvoir de ses pierres, les changements ne font qu’accélérer. Son apparence même commence à se modifier et la voilà maintenant en contact avec une femme de l’aire pré-traversienne du nom de Lily Mayhew, et à la vie de laquelle elle assiste sans pouvoir intervenir lors d’étranges crises de somnambulisme.

Mais Kelsea a bien d’autres chats à fouetter que les dangers courus par cette femme ayant vécu trois siècles plus tôt! Son royaume vit sous la menace d’une invasion : celle des soldats de la redoutable Reine Rouge, venus du territoire voisin de Mormesne. Le Tearling ne peut faire face, elle le sait, alors comment s’en sortir? En se tournant vers la « Sombre Chose » qui lui rend visite la nuit pour lui faire de belles promesses? Elle emprunte certes les traits d’un homme fort séduisant, mais l’apparente beauté cache une laideur de cœur bien difficile à camoufler…

Le caractère de Kelsea, déjà bien affirmé dans le premier tome, se durcit un peu plus chaque jour au point que sa Garde commence à s’en inquiéter, si ce n’est à s’en effrayer. Ses désirs ne font que s’accentuer et elle finit par prendre un amant pour explorer sa féminité qu’elle tient à préserver malgré les circonstances pour le moins dramatiques.

Ce deuxième tome répond à certaines questions posées dans le premier, comme par exemple la véritable identité de la Reine Rouge ou encore les raisons de la fameuse Traversée engagée par William Tear. Il en pose également beaucoup d’autres comme l’identité du père de Kelsea dont on sait maintenant – ATTENTION SPOILER – qu’il s’agissait d’un membre de la famille Tear pourtant censée avoir été décimée bien plus tôt dans l’histoire du royaume…

On apprend aussi davantage concernant certains personnages secondaires d’importance comme Massue ou encore Pen.

Bref un livre que je n’ai pu lâcher! D’autant plus que je me suis attachée au personnage de Lily et que j’avais hâte de savoir si oui ou non elle s’en sortirait. Le récit de sa vie m’a vraiment fait penser au livre de Margaret Atwood La Servante Ecarlate, que j’avais beaucoup aimé.

 

Alors, est-ce que vous connaissez ces deux livres? Si oui, qu’en avez-vous pensé? Si non, cet article vous a-t-il donné envie de les découvrir?

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s