Bonheur rêvé et malheur dramatisé sur les réseaux sociaux

LOGO-FACEBOOK

Ce premier billet d’humeur pour évoquer avec vous tous ces gens heureux ou malheureux qui s’affichent sur Facebook, Instagram ou autre à longueur de temps.

***

 

1- Les « heureux chroniques »

Bronzés, souriants, bien habillés, en bonne compagnie, toujours en voyage, jamais au travail… Les gens exagérément beaux, heureux, parfaits, eh bien moi, ça m’énerve. J’ai eu beau me dire « Sois contente pour eux », « C’est super s’ils sont heureux », c’est plus fort que moi, ça me met en rogne. La jalousie, me direz-vous. Sans doute, mais pas que.

Parce que malgré tout, que ce soit conscient ou non, il y a toujours une part de mise en scène. Les réseaux sociaux nous caricaturent et nous déforment, parfois malgré nous, d’autres fois à dessein. Qu’est-ce que l’on veut publier ? Quelle image veut-on donner de soi? On veut publier des photos, des photos, des photos. On veut donner une image positive de soi. Alors on se met en scène au soleil, on utilise un filtre Instagram pour que la photo ait presque l’air d’avoir été prise par un pro, on s’extasie sur des paysages et sur la dernière soirée en date parce qu’on s’est teeeellement amusés.

Les « heureux chroniques » me donnent envie de vomir. Je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi toutes ces photos. Qu’attendent-ils? Ils ne s’en servent pas vraiment pour donner des nouvelles en format carte postale. Alors quoi? Quel est le but? Se faire mousser? Qu’on leur dise qu’ils sont beaux? Qu’on les envie? Leurs posts m’exaspèrent car ils donnent l’illusion que jamais ils ne rencontrent le moindre problème dans leur vie.

2- Les « malheureux chroniques »

Certains au contraire aiment à se plaindre. Ou à le faire de manière détournée, en jouant le mystère pour attirer l’attention. Oui, parce que de nos jours, pour trouver un œil compatissant et une oreille attentive, on est obligés d’en faire la demande sur sa page, de créer un post dans l’espoir d’obtenir quelques « j’aime », commentaires concernés et smileys tristes ou inquiets pour se sentir moins seul et minable. La chaleur humaine, le contact visuel et les gestes réconfortants ne veulent-ils plus rien dire pour que l’on cherche avec tant de soin à provoquer des réactions chez des « amis » qui n’en sont pas toujours?

Les « malheureux chroniques » n’ont-ils pas honte de déballer tout leur linge sale en public? La pudeur a-t-elle totalement disparu de la surface de la planète depuis l’invention de Facebook? Leurs posts m’exaspèrent car ils donnent l’illusion que jamais ils ne vivent la moindre chose positive dans leur vie. Leurs « amis » ne sont pour eux que des éponges tout juste bonnes à absorber leurs pleurs.

***

 

Dans tous les cas, notre image sur les réseaux sociaux n’est que ça, une image. Rideau de fumée ou miroir aux alouettes, ils sont un excellent moyen de se réinventer si on le souhaite, mais aussi de se perdre. Que l’on fasse partie de la catégorie « heureux chronique » ou « malheureux chronique », que l’on sur-joue le bonheur ou le malheur, on cède forcément à la tentation narcissique. Et vas-y que je te gave d’images lumineuses et colorées, et vas-y que j’enchéris sur ton malheur en relançant d’un sanglot.

Peut-être suis-je un peu dure, je ne sais pas… Mais une personne que je connais bien dans la vie réelle ressemble très rarement à ce qu’elle laisse paraître d’elle sur son profil.

Personnellement, me rendant compte de ce phénomène qui commençait à me gagner, j’ai décidé de prendre mes distances vis-à-vis de Facebook. Je continue à y publier mais en me demandant toujours pourquoi.

  • Si la réponse est « pour recevoir des compliments », « donner une image positive de moi-même » et « recevoir le maximum de likes », eh bien je laisse tomber. C’est que ce post est en réalité tout à fait inutile.
  • Si la réponse est « inquiéter mes amis Facebook », « recevoir un peu de compassion » ou « me plaindre pour bien faire comprendre que mes problèmes sont pires que ceux des autres », eh bien je laisse tomber. A la place, j’appelle ma mère.

 

Et vous, qu’est-ce que vous en pensez?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s